Select Page

Près d’un médicament sur deux vendu sans ordonnance serait à éviter. C’est ce que révèle une enquête du magazine «60 millions de consommateurs», menée sous le contrôle d’un professeur de médecine. Une soixantaine de médicaments dont les Français raffolent en automédication ont été passés au crible. Souvent vendus à grand renfort de publicités, beaucoup de ces remèdes seraient au mieux inefficaces, au pire dangereux.

Parmi les médicaments sur cette liste noire, on retrouve beaucoup de marques très connues comme les antirhumes Actifed, Dolirhume et Nurofen par exemple. Mais également des sirops pour la toux : Toplexil, Humex, ou encore des pastilles pour la gorge (Drill, Strepsils) ou pour les états grippaux comme le Fervex.


Lisez ausii:  Emmanuel Macron à Clichy-sous-Bois avant de dévoiler sa politique de la ville


45% des médicaments à bannir

Tous ces médicaments présenteraient une balance bénéfice/risque défavorable selon 60 millions de consommateurs. En cause : le nombre de composés actifs qu’ils contiennent, bien trop élevés. Le Nurofen Rhume par exemple, contient un anti-inflammatoire et un vasoconstricteur. Un non-sens selon les médecins pour traiter un nez qui coule.

Et les risques de ces médicaments sont nombreux: accidents cardio-vasculaires, accidents neurologiques ou psychiatriques, tachychardie, etc. Les dangers de la pseudoéphédrine, substance présente dans certains médicaments contre le rhume, ont ainsi été pointés.

Au total, sur 62 médicaments étudiés, 45% sont à bannir estime le magazine et 33% sont passables. C’est le cas notamment du Spasfon Lyoc, un antispasmodique généralement bien toléré mais peu efficace note l’étude.   Lire la suite