Select Page

Olivier Faure a été officiellement élu premier secrétaire du Parti socialiste jeudi soir. Il va présenter la nouvelle équipe dirigeante du parti dans les prochains jours.

C’est le treizième premier secrétaire du Parti socialiste. Et il espère ne pas être le dernier. Olivier Faure a été élu jeudi soir à la tête du PS. Sans surprise puisqu’il était le seul en lice au second tour, son large score au premier tour – le 15 mars dernier – ayant convaincu Stéphane Le Foll de se retirer de la course. 35.118 militants ont voté jeudi soir. Le député de Seine-et-Marne, qui sera installé dans ses fonctions les 7 et 8 avril prochains lors du congrès d’Aubervilliers, a tenu une conférence de presse vendredi matin au siège de Solferino.

«Nous avons traversé des mois épouvantables lors desquels nous nous sommes déchirés comme jamais», a-t-il rappelé, en jurant que cette page allait être tournée. «Maintenant il va falloir se mettre au travail», a-t-il lancé aux journalistes, ajoutant: «Nous sommes prêts à vous surprendre». Sa ligne? «Vraiment à gauche et vraiment réaliste». S’il ne veut «pas vendre du vent ou du rêve», il veut porter «une utopie concrète» et être «un défricheur de l’avenir». En savoir plus …

 

 

C’est le treizième premier secrétaire du Parti socialiste. Et il espère ne pas être le dernier. Olivier Faure a été élu jeudi soir à la tête du PS. Sans surprise puisqu’il était le seul en lice au second tour, son large score au premier tour – le 15 mars dernier – ayant convaincu Stéphane Le Foll de se retirer de la course. 35.118 militants ont voté jeudi soir. Le député de Seine-et-Marne, qui sera installé dans ses fonctions les 7 et 8 avril prochains lors du congrès d’Aubervilliers, a tenu une conférence de presse vendredi matin au siège de Solferino. «Nous avons traversé des mois épouvantables lors desquels nous nous sommes déchirés comme jamais», a-t-il rappelé, en jurant que cette page allait être tournée. «Maintenant il va falloir se mettre au travail», a-t-il lancé aux journalistes, ajoutant: «Nous sommes prêts à vous surprendre». Sa ligne? «Vraiment à gauche et vraiment réaliste». S’il ne veut «pas vendre du vent ou du rêve», il veut porter «une utopie concrète» et être «un défricheur de l’avenir».