Select Page

L’entourage de Gérard Larcher ne confirme pas l’annonce de l’Élysée qui assurait avoir trouvé un accord sur une baisse de 30% du nombre de parlementaires dans le cadre de la réforme des institutions qui doit être dévoilée la semaine prochaine.

À l’Élysée, on l’assure: la réforme des institutions, promesse phare d’Emmanuel Macron, serait en bonne voie. Le premier ministre Edouard Philippe présentera «en milieu de semaine prochaine», les «trois textes» de la réforme: les projets de loi constitutionnelle, organique et simple. Tous répondront «aux engagements pris par le président de la République au cours de sa campagne», et répétés devant le Congrès en juillet, promet-on à l’Élysée.

Le Sénat dément un accord

Une avancée dans le calendrier qui aurait été permise grâce à une rencontre vendredi matin entre Emmanuel Macron, Edouard Philippe, le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, et surtout le président du Sénat, Gérard Larcher. Pour faire adopter sa réforme au niveau constitutionnel, Emmanuel Macron doit rassembler les 3/5 du Parlement, et doit donc puiser des soutiens du côté des sénateurs LR, à commencer par leur président, Gérard Larcher. En savoir plus …

 

 

À l’Élysée, on l’assure: la réforme des institutions, promesse phare d’Emmanuel Macron, serait en bonne voie. Le premier ministre Edouard Philippe présentera «en milieu de semaine prochaine», les «trois textes» de la réforme: les projets de loi constitutionnelle, organique et simple. Tous répondront «aux engagements pris par le président de la République au cours de sa campagne», et répétés devant le Congrès en juillet, promet-on à l’Élysée. Le Sénat dément un accord Une avancée dans le calendrier qui aurait été permise grâce à une rencontre vendredi matin entre Emmanuel Macron, Edouard Philippe, le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, et surtout le président du Sénat, Gérard Larcher. Pour faire adopter sa réforme au niveau constitutionnel, Emmanuel Macron doit rassembler les 3/5 du Parlement, et doit donc puiser des soutiens du côté des sénateurs LR, à commencer par leur président, Gérard Larcher.