Select Page

Le dialogue entre les nationalistes corses et le gouvernement français a débuté. La ministre Jacqueline Gourault a rencontré les élus de la nouvelle collectivité, vendredi 5 janvier 2018. Un premier dialogue « constructif » et « positif », ont estimé les deux parties, avec notamment l’annonce que le dossier corse ferait partie de la prochaine révision constitutionnelle générale voulue par Emmanuel Macron. Mais il reste de profonds points de divergence.

Une réussite politique. Voilà comment les nationalistes présentent l’inclusion du cas corse dans la future révision constitutionnelle française. La majeure partie de leurs revendications nécessite en effet une réforme de la Loi fondamentale.

Or, « on est aujourd’hui, clairement, en présence d’un déblocage de la question constitutionnelle, ce qui n’est pas rien, et ce qui est de bon augure », estime Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse.

« Un peuple qui compose la France et qui, lui-même, a des aspirations »

Ce que propose Paris, c’est de renforcer le droit à la différenciation ouvert à tous les territoires français, pas qu’à la Corse. Cela permettra de répondre à quelques demandes des nationalistes. Mais pas à toutes.

« Il y a bien sûr le désir des Corses, les revendications, mais il y a aussi, je dirais, un peuple qui compose la France et qui, lui-même, a des aspirations, des légitimités, une histoire aussi », explique Jacqueline Gourault.

En savoir plus …

Ce que propose Paris, c’est de renforcer le droit à la différenciation ouvert à tous les territoires français, pas qu’à la Corse. Cela permettra de répondre à quelques demandes des nationalistes. Mais pas à toutes. « Il y a bien sûr le désir des Corses, les revendications, mais il y a aussi, je dirais, un peuple qui compose la France et qui, lui-même, a des aspirations, des légitimités, une histoire aussi », explique Jacqueline Gourault. « Il y a bien sûr le désir des Corses, les revendications, mais il y a aussi, je dirais, un peuple qui compose la France et qui, lui-même, a des aspirations, des légitimités, une histoire aussi », explique Jacqueline Gourault.