Select Page

Le ministre français de l’Intérieur a reçu ce mercredi 10 janvier les représentants des différents syndicats de policiers. Gérard Collomb a tenu à les rassurer, après l’agression de Champigny-sur-Marne durant la nuit de la Saint-Sylvestre. La question des violences à l’encontre des forces de l’ordre a donc été largement abordée lors de cette entrevue, mais les policiers en sont sortis déçus.

Dix jours après l’agression de Champigny-sur-Marne, l’attente était forte. La déception fut à sa mesure. Pour les syndicats de police, rien de concret n’est ressorti de la rencontre avec le ministre de l’Intérieur. « Le ministre nous a entendus, on a fait des propositions, maintenant il faut avancer, mais pour moi il n’y a rien de concret. On sort d’une réunion, il n’y a rien de nouveau », déplore Philippe Capon, secrétaire général d’UNSA police.

Même son de cloche chez Alliance police nationale. Frédéric Lagache, le secrétaire général adjoint du syndicat, a la tête des mauvais jours après la rencontre. « Clairement, nous sommes déçus de cette réunion, dit-il. Nous attendons du ministre et nous lui avons dit qu’il fallait  –parce qu’on ne pouvait pas faire tout tous seuls – que la ministre de la Justice s’implique, et si tel n’était pas le cas, le président de la République. »

Selon lui, 15 policiers sont blessés quotidiennement dans des agressions. « Tout ça c’est notre réalité et on ne veut plus en entendre parler, parce que si le policier est lui-même en insécurité, comment voulez-vous que ce même policier puisse assurer la sécurité de nos concitoyens ? C’est pas possible ! » En savoir plus …