Select Page

Les week-ends de mars vont se suivre et se ressembler. Des élections législatives partielles se succèdent, consécutives à des invalidations de scrutins de juin 2017 par le Conseil constitutionnel. Dimanche 11 mars, le second tour en Guyane doit départager le député sortant, Lénaïck Adam, pour La République en marche (LRM), et Davy Rimane pour La France insoumise (LFI). Le premier est arrivé en tête dimanche 4 mars, gagnant sept points par rapport à juin.

Son adversaire a gagné 15 points entre les deux tours, dans une collectivité où Jean-Luc Mélenchon était en tête lors du premier tour de la présidentielle. David Riché (divers gauche ; 10 %) qui est arrivé troisième, a appelé à voter pour Lénaïck Adam. Chez LRM, on reste très prudent. « Tout va se jouer sur la participation », indique Christophe Castaner, délégué général du parti d’Emmanuel Macron. Au premier tour, seuls 35 % des électeurs se sont déplacés aux urnes.

Pour LRM, une victoire serait un soulagement, après la perte d’un siège lors d’une précédente partielle, début février, dans le Val-d’Oise, et après avoir échoué à en gagner une autre à Belfort. Dans ces deux circonscriptions, LRM avait laissé la place à une droite triomphaliste qui y avait vu un « désaveu » de la politique gouvernementale, selon les mots de Laurent Wauquiez.

« Le gagnant fera cocorico »

Dans ce contexte, LRM s’accorde une exception à sa règle de ne pas tirer de conclusions nationales à ces élections partielles. En savoir plus …

 

 

Les week-ends de mars vont se suivre et se ressembler. Des élections législatives partielles se succèdent, consécutives à des invalidations de scrutins de juin 2017 par le Conseil constitutionnel. Dimanche 11 mars, le second tour en Guyane doit départager le député sortant, Lénaïck Adam, pour La République en marche (LRM), et Davy Rimane pour La France insoumise (LFI). Le premier est arrivé en tête dimanche 4 mars, gagnant sept points par rapport à juin.