Select Page

La fédération Adessadomicile dénonce une certaine «opacité» du système d’aides à la personne alors que se tient mardi et mercredi à Paris le Salon des services à la personne et de l’emploi à domicile.

Les chiffres sont alarmants. D’après une enquête* publiée ce mardi par la fédération Adessadomicile qui regroupe 350 entreprises et associations de services à domicile et d’aides à la personne, une personne sur trois (personnes âgées, personnes handicapées ou allocataires CAF) éligible aux aides sociales versées par les conseils départementaux ou les Caisses d’allocations familiales (CAF) n’y accède pas. Plus frappant encore, pour près d’une personne sur deux (49%), ce manque d’accès est lié à un problème d’information.


Lisez ausii:  Attentats : «Le pays a tenu, la France est toujours la France», assure Philippe


«Le système dysfonctionne. On a un vrai problème d’efficacité et d’équité sociale, déplore Hugues Vidor, directeur général d’Adessadomicile, auprès du Figaro. Le drame dans tout ça, c’est que ceux qui en avaient le plus besoin ne sont même pas au courant. On se demande s’il n’y a pas une opacité voulue pour faire des économies.»

Parmi les aides les plus méconnues: celles des Caisses d’allocations familiales (CAF). Seulement 37% des familles éligibles connaissent les dispositifs auxquelles elles peuvent prétendre, selon l’étude. «Les administrations qui gèrent ces aides ne sont pas toujours au courant de ce qui existe», constate Hugues Vidor, directeur général d’Adessadomicile. Et 44% des personnes éligibles mais non bénéficiaires de l’APA (aides personnalisées à l’autonomie) n’y accèdent pas parce qu’elles en ignorent l’existence.    Lire la suite